Essai publié le

Essai Vespa Super GTS 300i.e. - Arme de séduction massive

Texte de Jimmy / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

La guêpe du groupe Piaggio, si elle n’a plus de moteur  deux-temps, de boîte de vitesses, ni roue de secours sous ses ailes, reste une icône de la dolce vita sur deux roues. Devenue simple scooter, elle a juste conservé suffisamment d’âme pour séduire, encore et toujours. Sacrée grand-mère !

On l’attendait quand-même au tournant, la « grosse Vespa ». Dans sa version GTS Super 300i.e., dotée d’un monocylindre fort de 22 chevaux, la guêpe se veut une alternative aux incontournables Yamaha X-Max et autres Kawasaki J300, d'apparence bien plus sophistiqués. Mais sous son look rétro sobre et minimaliste, quels arguments avance-t-elle face à ces références du segment ?

Son look, d’abord, est une réussite totale, sublimée par une finition de qualité. Fluide et galbée, la ligne s’inspire brillamment de son aînée à moteur deux-temps. Des « ailes » carrossées à la fourche monobras à l’avant, en passant par les rétroviseurs chromés, la boîte à gants et le plancher plat, la Vespa est… une Vespa ! Les quelques chromes, sur les jantes, la carrosserie, la poignée passager et l’échappement finissent d’ancrer notre modèle dans la catégorie rétro. Officiellement distincte de Piaggio, la marque Vespa reste sous la coupe du groupe italien. Et on le ressent au rayon équipement.

Rétro, mais pas trop

Motorisée ici par l’éprouvé monocylindre de 278cm3 à injection électronique, notre signorina s’offre un inédit contrôle de traction, déconnectable via le démarreur, une fois le moteur lancé. Un système qui peut faire sourire sur un « petit » scooter, mais qui s’avérera fort utile et sécurisant à l'usage. L’ABS est également disponible en option et était monté sur notre machine d'essai.

Côté aspects pratiques, la boîte à gants du tablier avant embarque une prise USB pour la recharge de votre smartphone. S’ouvrant par le contacteur, la boîte à gants est bien sûr étanche, tout comme la soute de selle, qui se déverrouille par un bouton situé sur le tablier. On y range facilement deux casques jet, mais pas d’intégral (ou alors je dois me remettre à Tetris, ndr.).

La belle se dote en plus d’un crochet à sac, toujours sur le tablier. Le plancher plat accueille sans souci un bagage non-suspendu, même si poser les pieds au sol demande alors un peu de précision et de vitesse… La selle se couvrira volontiers de sa housse étanche, rangée dans un petit compartiment, sous l’assise avant. De quoi garder son postérieur au sec même par temps humide.

Si elle perd les porte-paquets de sa version de base, la Vespa Super peut sans problème s’occuper des affaires quotidiennes, courses comprises. Aucun risque de laisser couler votre fromage ou tiédir vos surgelés. Car la plus grosse des Vespa n’est pas seulement mignonne et bien équipée pour le quotidien. En vérité, c’est une vraie terreur une fois sur la route.

Dolce vita... ou pas!

La nuance entre « faire les courses » et « faire la course » n’aura jamais été aussi subtile une fois au guidon. Le moteur, très réactif et volontaire au démarrage, permet d’évoluer en ville sans arrière-pensée. On profite de la maniabilité du châssis pour se jouer de tous les pièges de la circulation comme avec un petit 125, mais avec une puissance et un couple redoutables. Le freinage n’appelle aucune critique et l’ABS, très sécurisant par temps froid ou humide, n’entre quasi jamais en action sur le sec. 

Très joueuse en ville, notre Super Vespa s’encanaille d'autant plus volontiers dans les ronds-points ou sur les petites routes de campagne. Cela grâce à des suspensions enfin à la hauteur de l’agilité de l’engin. Si l’avant offre un sentiment de légèreté permanent, le ressenti reste bon et l’on sent très bien le travail du pneu, d’ailleurs parfait en toutes circonstances.

Encline à s’incliner, latéralement bien sûr, miss Vespa aura semé le doute chez quelques motards un rien timides en courbe en ce début de printemps ! En usage plus sportif et même en duo, la stabilité d’ensemble et le freinage restent à la hauteur et l’on exploite avec plaisir le potentiel de la grosse guêpe. Il faudra prendre garde aux excès d'optimisme, surtout sous la pluie, mais le contrôle de traction ASR veille au grain et coupe l’arrivée de la puissance en cas de dérobade. On se rappelle enfin que la Vespa reste un scooter et qu’elle n’est pas une sportive pure et dure… mais quel régal !

Revenu à des allures plus raisonnables, on profite toujours de notre jolie demoiselle, malgré quelques petits détails qui chiffonnent. Les cale-pied passager, très bien intégrés, n'offrent toutefois pas un confort et un maintient optimum. Le pilote sentira parfois les pointes de pied de son passager et est forcé de placer les siens un peu trop en avant.

Le joli phare rond et le fin guidon seront la seule protection contre le vent, alors que son tablier peu enveloppant n’abrite que très peu les jambes des remous et de la pluie. On subit un peu passés les 100km/h, atteints plutôt rapidement sur autoroute. Pour les longs trajets, il faudra donc s'armer de patience et entraîner sa nuque aux remous.

Toutefois, le moteur se destine essentiellement à des trajets urbains et péri-urbains ; inutile d’aller chercher à dépasser le 120. Bonne nouvelle : vous pourrez entraîner votre nuque un bon moment, le réservoir de 9,5 litres et la consommation raisonnable permettant de dépasser les 210 kilomètres avant de repasser à la pompe.

Allora com'è ?

La Vespa aura répondu à nos attentes lors de cet essai, largement. Techniquement aboutie, dotée d’excellents éléments pratiques et sécuritaires, elle offre de bonnes performances dans cette version 300cm3 et son châssis travaille très bien dans toutes les situations. On la croisera moins dans les rues que d’autres scooters, ce qui flattera certains egos.

C'est toutefois ailleurs qu'elle se distingue. Soulignons qu'ici s’arrête toute objectivité, mais la Vespa est vivante. Pas seulement en évoquant son illustre aînée par son look et son image de marque, mais surtout par ce qu’elle retransmet. Les sensations de conduites sont moins aseptisées que sur d’autres scooters, on ressent mieux la route, les conditions météo, la vie. Bref, la Vespa a conservé son âme... de Vespa. Sans moteur deux-temps, sans vitesses au guidon, sans roue de secours sous ses ailes. 70 ans et pas une ride : chapeau, la guêpe!

Suivez AcidScooter.ch !

Au final...

On a aimé :
+
les bonne sensations de conduite
+
le look intemporel et séduisant
+
la stabilité des suspensions
On a moins aimé :
-
devoir la rendre...
-
le léger manque de puissance passé 100km/h
-
le plancher, superbe, mais qui retient l'eau

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Vespa
Modèle :
GTS Super 300 i.e.
Année :
2016
Catégorie :
Scooter
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Monocylindre, 4 temps, 4 soupapes
Cylindrée :
278 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
22 ch à 7'500 tr/min
Couple max. :
22,3 Nm à 5'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie
Boîte :
Automatique CVT
Embrayage :
Centrifuge à sec, automatique
Partie Cycle
Châssis :
Châssis en tôles d'acier avec renforts soudés
Suspension AV :
Monobras ESS avec ressort hélicoïdal et amortisseur hydraulique
Suspension AR :
Amortisseur double action hydraulique, réglable sur 4 positions
Pneu AV :
120 / 70 - 12"
Pneu AR :
130 / 70 - 12"
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque hydraulique ø 220mm
Frein AR :
Simple disque hydraulique ø 220mm
Dimensions
Longueur :
1'930 mm
Empattement :
1'370 mm
Largeur :
755 mm
Hauteur de selle :
790 mm
Poids total :
163 kg
Réservoir :
9,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Bleu
 
Rouge
 
Noir
 
Blanc
Catalogue
Prix de vente :
CHF 6'695.-
sans ABS: 5'595.-
En ligne :

Hot news !

OFROU - Instructions relatives aux motocycles d'examen de la catégorie A - Les précédentes instructions sont abrogées
Le 12 mai 2016, I‘OFROU a donné aux autorités cantonales I‘instruction d‘autoriser également en vue de I‘examen pratique de conduite les motocycles dont la cyIindrée est inférieure à celle prescrite. En principe, ces instructions étaient en vigueur jusqu‘au 31 décembre 2016.
Essai Yamaha T-Max, SX, DX - Rafale de maxi-scooters
Le leader incontesté du segment maxi-scooter se renouvelle pour garder la mainmise sur ses 50% de part de marchés. Décliné en 3 versions : standard, SX et DX, à vous de savoir s’il vous faut que l’essentiel ou un exemplaire équipé comme une routière grand tourisme.
Essai Honda X-ADV - Un savant mélange des genres
On connaissait les SUV dans le milieu automobile, ces véhicules capables de tracer le ruban autoroutier, de s’aventurer hors des sentiers battus comme d’arpenter la jungle urbaine… et voici que Honda déboule à l’automne dernier avec son X-ADV, un véritable SUV à deux-roues !
Essai Honda SH125i - Trente ans et pas une ride
Véritable icône chez Honda, le SH cartonne depuis 1984 sur le segment des scooters. Toujours plus raffiné, toujours plus léché, le concept SH évolue cette année pour se maintenir au top d’un segment ultra-compétitif.
Essai Quadro3 - Le 3 roues made in Switzerland
En plus de son surprenant Quadro4, la firme suisse Quadro propose également son scooter à trois roues, le Quadro3. Un engin au look marrant qui cache un très bon confort et un comportement vraiment sain grâce à sa suspension inédite.
Essai Piaggio Medley 125 - Les 3 accords
La marque italienne Piaggio est incontournable sur le marché du scooter. Souvent précurseurs, ils arrivent cette fois avec un premier 125cm3 conforme Euro4 qui se place à mi-chemin entre véhicule urbain et tourisme.