Reportage publié le

Moto Tour Series Tunisie 2018 - Le retour de notre rédacteur sur cette première expérience en rallye routier

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Islam Hakiri, VIP Motards, DZ, Gabriel bts / Vidéo(s) de Sonia Barbot
Imprimer cet article

Quand Yann, mon rédacteur en chef, me propose de participer au Moto-Tour, la première chose qui me vient à l’esprit c’est les exploits de Serge Nuque que je lisais dans M&M à l’époque. « Purée, mais c’est une course de malade, je vais bouffer les pissenlits par la racine avec mon niveau de bleu-bite !». Et puis bon, d’un autre côté, faire quelques jours de moto au soleil alors qu’ici on déprime avec cet hiver interminable, faudrait être con pour refuser, surtout qu’on me prête même une Africa Twin 1000 pour l’occasion ! Allez, tant pis pour l’ego, let’s go !

Le Moto-Tour était un rallye routier de sept jours qui se courait à travers toute la France avec des épreuves aussi bien de jour que de nuit et des distances journalières parfois très importantes. Avec la nouvelle formule Moto-Tour Series, les organisateurs ont voulu rendre l’épreuve plus accessible en réduisant sa durée, les distances journalières et en choisissant des destinations du sud où le climat est plus agréable. Cette année on a droit à une édition en Tunisie et une édition en Corse. De sérieux arguments pour motiver le peuple. D’ailleurs j’embarque mon pote Miguel dans l’aventure, toujours partant pour de nouveaux défis.

Quelques jours avant le départ, alors qu’il neige chez nous, je prends possession de l’Africa Twin 1000 DCT (version boite auto) prêtée par Honda Suisse. Ils ont monté un dérouleur de roadbook et un tripmaster sur le guidon, deux accessoires indispensables pour le rallye. J’ai même l’honneur d’être le premier Suisse à pouvoir rouler avec les nouveaux pneus Bridgestone Battlax A41, le nouveau pneu « trail » de la marque quelques jours avant que mon collègue Patrick s’envole au Maroc pour le lancement officiel. Si là j’ai pas la pression…

Partis à l’aube par 5 degrés, on arrive au port de Marseille sur les coups de midi. Après une heure déjà, j’avais tellement froid que j’ai prétendu être à court de carburant pour qu’on s’arrête. Ça n’a pas été une partie de plaisir…

Au port, la partie administrative est relativement vite réglée et en attendant d’embarquer dans ce mastodonte d’acier, on rencontre quelques uns de la centaine de participants du Moto-Tour. Je fais connaissance avec un autre Suisse qui s’appelle aussi David et qui habite à 20 kilomètres de chez moi. Décidément, le monde est petit !

Alors qu’on se disait que la cabine n’était pas bien grande, on croit presque à un malentendu lorsque la porte s’ouvre et que deux autres participants rappliquent. En effet, ils ont le même numéro que nous et il y a bien deux couchettes rabattables aux murs…

Michel, 65 ans, participe pour la seconde fois au Moto-Tour Tunisie et Frédéric, la cinquantaine, en est à sa 11ème édition ! Quelle sacrée équipe ces deux joyeux lurons, on n’aurait pas pu mieux tomber !

Entre les repas, le briefing et les rencontres, le temps passe relativement vite sur le bateau. Mon mal de mer légendaire a dû oublier d’embarquer avec moi, parce qu’il m’a totalement épargné.

Frédéric, avec son expérience, nous coache un peu sur les subtilités du rallye routier et franchement c’est à se demander si une discipline avec autant de règles n’a pas été inventée par un Allemand ou un Suisse !

Jour 0 - Marseille-Tunis

Sur le coup des quinze heures, le bateau entre dans le port de Tunis et en une heure on a débarqué. L’organisation du Moto-Tour a fait un super boulot en réglant tous les papiers de douane pour nous et les autorités tunisiennes ont joué le jeu pour que tout se déroule sans embuches.

On se rassemble sur l’Avenue Bourguiba en plein centre de Tunis d’où le départ officiel sera donné en présence de la télévision tunisienne.

Il faut savoir que le Moto-Tour Tunisie fait également office de dernière manche du championnat de rallye routier tunisien et que 17 participants locaux se joignent à nous pour l’occasion.

A 17h30, c’est enfin mon tour de prendre le départ et après 500 mètres je pars déjà dans la fausse direction au premier rond-point, mes compères de cabine me suivant dans mon erreur. Heureusement, le policier qui était posté là me fait de grands signes ! Pff… ça commence bien…

C’est un sacré chaos sur la route et on zigzague entre les voitures et les camions pour sortir du centre de Tunis. On reconnaît vite les participants tunisiens qui, non seulement excellent dans l’art de se faufiler dans ce trafic, mais également pour leurs échappements ultra bruyants et leurs motos sans plaques. Ça me rappelle les motards russes !

C’est sous une fine pluie et de nuit que se fera la liaison d’aujourd’hui, principalement de l’autoroute. Entre les camions sans feux arrières, les véhicules peinant à 60 km/h, les ânes ou encore les mobylettes roulant en sens inverse, il faut être prêt à tout sur l’autoroute tunisienne.
J’arrive à l’hôtel deux heures plus tard, ayant réussi à suivre les instructions du roadbook sans me perdre, c’est déjà très prometteur !

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidScooter.ch !

Hot news !

OFROU - Instructions relatives aux motocycles d'examen de la catégorie A - Les précédentes instructions sont abrogées
Le 12 mai 2016, I‘OFROU a donné aux autorités cantonales I‘instruction d‘autoriser également en vue de I‘examen pratique de conduite les motocycles dont la cyIindrée est inférieure à celle prescrite. En principe, ces instructions étaient en vigueur jusqu‘au 31 décembre 2016.
Essai Yamaha T-Max, SX, DX - Rafale de maxi-scooters
Le leader incontesté du segment maxi-scooter se renouvelle pour garder la mainmise sur ses 50% de part de marchés. Décliné en 3 versions : standard, SX et DX, à vous de savoir s’il vous faut que l’essentiel ou un exemplaire équipé comme une routière grand tourisme.
Essai Honda X-ADV - Un savant mélange des genres
On connaissait les SUV dans le milieu automobile, ces véhicules capables de tracer le ruban autoroutier, de s’aventurer hors des sentiers battus comme d’arpenter la jungle urbaine… et voici que Honda déboule à l’automne dernier avec son X-ADV, un véritable SUV à deux-roues !
Essai Honda SH125i - Trente ans et pas une ride
Véritable icône chez Honda, le SH cartonne depuis 1984 sur le segment des scooters. Toujours plus raffiné, toujours plus léché, le concept SH évolue cette année pour se maintenir au top d’un segment ultra-compétitif.
Essai Quadro3 - Le 3 roues made in Switzerland
En plus de son surprenant Quadro4, la firme suisse Quadro propose également son scooter à trois roues, le Quadro3. Un engin au look marrant qui cache un très bon confort et un comportement vraiment sain grâce à sa suspension inédite.
Essai Piaggio Medley 125 - Les 3 accords
La marque italienne Piaggio est incontournable sur le marché du scooter. Souvent précurseurs, ils arrivent cette fois avec un premier 125cm3 conforme Euro4 qui se place à mi-chemin entre véhicule urbain et tourisme.